«Non-voyants, mais pas invisibles», 6 vidéos de sensibilisation

RAAMM - le 08 févr. 2016

Communiqué - Pour publication immédiate

Montréal, le 8 février 2016 – Dans le cadre de son 35e anniversaire et de la Semaine de la canne blanche, le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) est fier de lancer une série de 6 vidéos d’information et de sensibilisation sur la réalité des personnes vivant avec une déficience visuelle. «Non-voyants, mais pas invisibles» sera mise en ligne sur la chaîne YouTube de l’organisme à raison d’une vidéo par jour, du 8 au 13 février.

Fruit du travail d’un comité composé de membres du RAAMM, le projet s’appuie sur l’expérience et le désir de communiquer de personnes aveugles et malvoyantes. «Il était très important pour le RAAMM que le projet repose sur la participation des membres parce que ce sont eux qui savent le mieux ce qu’ils souhaitent faire passer comme message en terme de sensibilisation auprès du grand public», explique Christine Letendre, directrice adjointe au RAAMM et responsable du projet. Ce sont donc les participants et participantes au projet qui ont choisi les thèmes abordés et qui ont été filmés en entrevue. La série de vidéos met en vedette Lucie Côté, Yves Labarre, Jérôme Plante, Yves Roberge, Tania Roy et Jean Sorel, tous membres du RAAMM. «Certains participants sont aveugles de naissance alors que d’autres vivent avec une déficience visuelle depuis quelques années, mais tout le monde parle d’une même voix d’une réalité que peu de gens connaissent. Cela dit, les vidéos ne présentent qu’une infime partie de tout ce que les participants auraient à dire», souligne madame Letendre.

Puisque le projet a été mis sur pied pour la Semaine de la canne blanche, la première vidéo présente brièvement cet outil précieux pour les personnes aveugles et malvoyantes. La deuxième capsule aborde les difficultés rencontrées au quotidien lors des déplacements. Les vidéos 3 et 4, quant à elles, donnent donc quelques conseils pour des interactions de qualité et sur la façon d’aider et de guider une personne ayant une déficience visuelle. «Les gens sont parfois mal à l’aise de nous aborder ou ne savent pas trop comment nous aider; quelques règles de base sont à prendre en considération pour que tout se passe bien», explique madame Lucie Côté, participante au projet. «Au cours de la première rencontre de travail, nous avons réalisé que nous nous faisions tous poser souvent les mêmes questions. Nous avons décidé de nous prêter au jeu d’y répondre devant la caméra», raconte monsieur Yves Roberge, participant au projet. C’est ainsi que pour les deux dernières vidéos, les participants ont répondu du tac au tac à deux questions qui ne leur avaient pas été révélées à l’avance: «Qu’est-ce que tu vois quand tu rêves?» et «Qu’est-ce que c’est pour toi la beauté?».

Fait à noter, une vidéodescription de base a été intégrée aux vidéos pour les rendre accessibles aux personnes ayant une déficience visuelle. «Le RAAMM est un organisme qui travaille à promouvoir les intérêts des personnes ayant une limitation visuelle. Que la vidéodescription soit intégrée au projet faisait partie des exigences des participants. Qui le fera si nous ne le faisons pas nous-mêmes?», rappelle madame Letendre.

Les vidéos peuvent être visionnées au: http://www.youtube.com/channel/UCSNPVu4b1lhtWTwd6PLEyuA (Accessibilité non testée.Ce lien vers un autre site ouvre une nouvelle fenêtre.) .

Le RAAMM invite ses membres, ses partenaires et le grand public à partager massivement les vidéos pour sensibiliser le plus de gens possible.

ImprimerPartager par courriel. Partager sur : FaceBookTwitterLinkedIn