Retour sur «COVID-19 : des réponses à vos questions»

Port du couvre-visage obligatoire

Depuis le 18 juillet, au Québec, les personnes de 12 ans et plus doivent porter un masque ou un couvre-visage pour accéder et circuler dans les espaces publics fermés  (commerces, cabinets privés, lieux de culte, cinémas, aires communes des bureaux, transport collectif, etc.). Le 14 septembre, il a été annoncé que le port du masque non médical est dorénavant obligatoire dans les corridors, ascenseurs et salles communes dans les résidences privées pour aînés (RPA). Depuis l’automne, les enfants de 10 à 12 ans sont également soumis à cette obligation.

Depuis le samedi 12 septembre, les individus qui refusent sans raison de porter un masque dans les lieux publics intérieurs  pourront se voir remettre un rapport d’infraction par les forces de l’ordre et seront ainsi passibles d’une amende.

Toutes les informations sur les consignes, les exemptions, les tutoriels pour fabriquer un couvre-visage, etc. sont sur la page Port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID-19.

*Pour des informations sur le port du masque médical / de procédure en milieu de travail, lire l’article ÉPI en milieu de travail.

Exemptions

Les enfants de moins de 2 ans, les personnes dont la condition médicale particulière empêche le port du masque, celles qui sont assises dans un lieu et qui respectent les règles de distanciation ainsi que celles qui reçoivent un service qui nécessite de l’enlever ne sont pas visées par cette obligation.

Suite à l’annonce du port obligatoire en juillet, DéPhy Montréal a préparé un avis présentant certains impacts du port du masque sur les personnes handicapées, et demandant aux autorités publiques de considérer les besoins de ces personnes dans la réglementation entourant cette nouvelle obligation. Consulter l’Avis: Port du masque et personnes ayant des limitations fonctionnelles.

Le 21 juillet, des précisions ont été apportées par le Ministère de la santé et des services sociaux (MSSS) concernant les personnes concernées par l’exemption au port obligatoire du masque. Tel qu’indiqué sur la page officielle du Port du masque dans les lieux publics, les personnes dont la condition médicale particulière empêche le port du masque ou du couvre-visage sont :

  • les personnes qui sont incapables de le mettre ou de le retirer par elles-mêmes en raison d’une incapacité physique,
  • les personnes qui présentent une déformation faciale,
  • les personnes qui, en raison d’un trouble cognitif, une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme, un problème de toxicomanie ou un problème de santé mentale sévère, ne sont pas en mesure de comprendre l’obligation ou pour lesquelles le port du masque ou du couvre-visage entraîne une désorganisation ou une détresse significative,
  • les personnes qui présentent une affection cutanée sévère au niveau du visage ou des oreilles qui est aggravée significativement en raison du port du masque ou du couvre visage.

On peut également y lire :

Il est recommandé que les personnes exemptées de porter un masque ou un couvre-visage en raison d’une condition de santé évitent, autant que possible, les endroits où ils sont obligatoires. Leur accès à des lieux où le couvre-visage est obligatoire ne doit toutefois pas être limité par une tierce personne. Si elles fréquentent ces endroits, il est recommandé que les personnes exemptées respectent strictement la distanciation physique de 2 mètres avec les autres, sauf avec leur accompagnateur, s’il y a lieu.

Par ailleurs, les personnes souffrant d’une condition chronique, incluant les maladies cardiovasculaires et les maladies pulmonaires, ne font pas partie des personnes exemptées de porter le masque ou le couvre-visage. Lorsque cela est possible, ces personnes devraient privilégier l’utilisation du masque de procédure puisqu’il offre une meilleure protection contre le virus.

Dans un communiqué concernant le lancement de la page Personnes handicapées dans le contexte de la COVID-19  sur le site du Gouvernement du Québec, l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) a déclaré  : Nous comptons sur la compréhension de toute la population pour permettre aux personnes handicapées d’avoir accès aux lieux publics et aux services qui y sont offerts en toute égalité.

Couvre-visage à fenêtre transparente

Les difficultés que représente l’obligation du port du masque opaque pour la lecture labiale, notamment pour les personnes ayant une déficience auditive, a été soulignée à maintes reprises et des recommandations ont été émises pour favoriser le port du couvre-visage à fenêtre transparente.

Sur la page du Gouvernement du Canada Masques non médicaux et couvre‑visages: À propos, on peut lire « Si vous avez une déficience auditive, ou si vous interagissez avec des personnes qui utilisent la lecture sur les lèvres pour communiquer, envisagez de porter un masque transparent ».

Sur la page du Gouvernement du Québec Port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID-19, il est indiqué « Vous pouvez opter pour un modèle de couvre-visage avec fenêtre afin de favoriser la communication avec les personnes malentendantes, les personnes en apprentissage de la langue, les personnes ayant une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou ayant une déficience cognitive, par exemple. »

Pour fabriquer un couvre-visage à fenêtre transparente : suivre les étapes décrites dans la section Fabriquer un masque ou un couvre-visage (Modèle avec fenêtre).

Bien porter le couvre-visage

*Le port du couvre-visage ne remplace aucunement les mesures de protection telles que l’application des mesures d’hygiène et la distanciation physique.*

Il est recommandé de se laver les mains avant de mettre le masque, d’éviter de le toucher quand on le porte, de se laver les mains avant de l’enlever et de se relaver les mains après l’avoir retiré.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a également publié de l’information destinée à la population (voir document téléchargeable ci-après), dont une vidéo explicative, pour bien utiliser et porter le couvre-visage d’une manière sécuritaire. La page Tousser ou éternuer sans contaminer présente également une illustration de la façon de bien mettre le masque.

Pour les personnes qui portent des lunettes, voici quelque conseils pour éviter la buée.

Quand porter le couvre-visage

Les personnes de 10 ans et plus qui ne sont pas exclues du décret doivent porter un couvre-visage ou un masque lors des déplacements dans l’organisme, salle d’attente, hall d’entrée, ascenseur, aire commune, corridors, etc.

Une fois assis et à plus de 2 mètres, le couvre-visage peut être retiré et disposé adéquatement (prévoir des solutions hydroalcooliques à proximité, des poubelles et désinfection des surfaces si la personne dépose son masque sur une table par exemple).

Le port d’une visière seule recouvrant le visage jusqu’au menton ne remplace pas le port du couvre-visage ou du masque.

Se rendre à une clinique de dépistage ou autre milieu de soin

Toute personne se présentant dans un milieu de soin, comme un hôpital, une clinique, un cabinet de médecin ou un groupe de médecine de famille, doit porter un masque de procédure ou un couvre-visage. Cette obligation s’adresse autant au patient qu’à la personne qui l’accompagne. À l’arrivée de la personne, il est possible que le personnel lui demande de porter un masque de procédure.

En période de canicule

Déclaration de la docteure Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, le 27 mai  : Lorsque la chaleur et l’humidité sont élevées, le port d’un masque peut rendre la respiration plus difficile. Alors, quand vous êtes dehors, il est préférable de maintenir la distanciation physique. Réservez l’usage du masque pour l’intérieur, lorsque le maintien de la distanciation physique n’est pas possible. La chaleur extrême peut aggraver les conditions préexistantes et les difficultés respiratoires.

Information accessible et adaptée

Ressources utiles et documentation en médias substituts :

Documents téléchargeables