Retour sur «COVID-19 : des réponses à vos questions»

Accès aux tests rapides au travail

Le gouvernement du Canada lance de nouvelles mesures pour accroître la disponibilité des trousses de dépistage rapide pour les travailleurs.

Les tests et le dépistage, assortis de mesures de santé publique et de la vaccination, sont des outils indispensables pour protéger les Canadiens et aider à limiter la propagation de la COVID-19. Selon certaines études, jusqu’à 50 % de la transmission de la COVID-19 pourrait être le fait de personnes asymptomatiques. Les tests et le dépistage sont des outils importants pour aider à réduire le risque d’éclosion, à repérer et à isoler rapidement les cas, ainsi qu’à limiter la propagation dans les lieux de travail et dans la collectivité.

Les tests de dépistage rapide seront mis à la disposition des employeurs de façon suivante :

  • Les organisations sans but lucratif, les organismes de bienfaisance et les organisations autochtones peuvent se préinscrire dès aujourd’hui auprès de la Croix-Rouge canadienne pour avoir accès à des tests rapides.
  • La Chambre de commerce du Canada permettra aux chambres de commerce locales de distribuer des tests rapides aux petites organisations, s’inspirant du programme de dépistage rapide StaySafe de la région de Waterloo, qui fonctionne très bien.
  • Depuis le mois d’avril, les organisations plus vastes dont les employés doivent travailler en étroite proximité avec d’autres personnes peuvent faire la demande de tests rapides directement en passant par un nouveau portail fédéral.
  • Un plus grand nombre de lieux de travail fédéraux où les employés courent un risque accru d’exposition à la COVID-19 peuvent mettre en place des programmes de dépistage en milieu de travail qui font appel à des tests rapides.

Pour en savoir plus, consulter les pages

Lire l’intégralité du communiqué Le gouvernement du Canada accroît l’accès aux tests de dépistage rapides de la COVID-19 pour les travailleurs.

Concernant les différentes mises en œuvre des tests au Québec, en Ontario et en Europe, lire l’article Ottawa a payé 924 millions pour des tests rapides sous-utilisés par les provinces.