Retour sur «COVID-19 : des réponses à vos questions»

Accès au Fonds d’urgence PSOC – RIOCM

Le fonds d’urgence de 70M$ pour soutenir les groupes financés au PSOC dont la situation financière se serait détériorée n’a toujours pas été distribué aux groupes montréalais. Sur les 107 groupes ayant déposé une demande, seulement 67 ont été acceptés. Ces groupes recevront bientôt un courriel du CCSMTL les informant de la décision rendue. Les groupes ayant reçu une réponse favorable vont recevoir la totalité du montant demandé, soit un total de 3,3M$.

Si aussi peu de groupes ont déposé une demande dans ce fonds, c’est que les critères d’accès n’étaient absolument pas en phase avec les besoins des groupes.

Plus de la moitié de l’enveloppe de 70M$ dort dans les coffres de Québec. Le MSSS ne sait toujours pas ce qui adviendra du reste de l’argent, six mois après en avoir fait l’annonce en août 2020, et malgré les nombreuses interventions des regroupements nationaux auprès du MSSS, des interpellations répétées des députés de tous les partis et de toutes les régions, et des demandes répétées auprès des instances régionales de gestion du PSOC. Le RIOCM a d’ailleurs interpelé le conseil d’administration du CCSMTL en décembre 2020 et est toujours en attente d’une réponse officielle.

Ces sommes seront-elles perdues? Seront-elles disponibles pour répondre aux besoins des groupes et de la population? Cette situation est absolument injustifiable et inacceptable.

Source : Communiqué du 16 février 2021 Fonds d’urgence PSOC de 70 M$ sur les déficits anticipés.

Dans l’infolettre du 30 mars 2021, le RIOCM indique que 90% de la somme prévue n’a pas été dépensé et seulement 8% des groupes y ont eu accès. La CTROC et la TRPOCB ont demandé au ministre Lionel Carmant de répartir les fonds d’urgence résiduels de 63 M$ entre les organismes communautaires du Québec à partir du PSOC mission globale et que cette somme devienne récurrente dans les années futures. Le Gouvernement a répondu à cette demande par la négative. Lire la lettre au ministre Carmant.

Accéder au Fonds pour répondre aux besoins

Les organismes communautaires en santé et services sociaux de Montréal somment Québec de leur octroyer rapidement un financement d’urgence en lien avec la pandémie. Malgré la reconnaissance de leur caractère essentiel et les besoins qu’ils ont démontrés maintes fois, leurs demandes continuent d’être ignorées.

« Les groupes ont besoin d’argent maintenant, qu’ils pourront dépenser dans les 12 prochains mois. La détresse créée par la pandémie ne disparaîtra pas avec la vaccination », martèle Marie-Andrée Painchaud-Mathieu, coordonnatrice au Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM).

Les organismes de Montréal ont obtenu 5,3 M$ du premier fonds d’urgence COVID-19 annoncé en avril 2020, alors que les besoins s’élevaient à 18 M$, pour les trois premiers mois de la crise. Un deuxième fonds annoncé en août 2020 au montant de 36 M$ pour les organismes de Montréal (70 M$ pour tout le Québec), n’était accessible que pour les groupes ayant enregistré un déficit d’opération du 13 mars au 30 septembre. Cette contrainte administrative a exclu d’emblée la majorité des groupes, puisqu’ils ne sont pas autorisés à dépenser des sommes non confirmées. Sans financement, les groupes ont donc coupé des services au lieu de les multiplier.

Ainsi, seulement 67 des 531 groupes de Montréal ont obtenu une somme de 3,3 M$ (7 M$ pour l’ensemble du Québec). L’argent leur a été versé en mars 2021, quelques semaines avant la fin de l’année financière, soit près de 5 mois après la fin de l’admissibilité des dépenses.

Malgré les revendications répétées des groupes et regroupements d’accéder au 63 M$ restant du 2e fonds de 70 M$, l’argent est retourné dans le coffre de l’État. Le gouvernement répète que les groupes n’ont pas besoin d’argent, puisque 63 M$ sont restés sur la table, alors qu’il a lui-même dressé les obstacles administratifs qui ont rendu les fonds inaccessibles.

Pourtant, un récent sondage révèle que les groupes montréalais ont besoin d’au moins 15 M$ afin d’adapter leurs activités au contexte sanitaire et répondre à la croissance fulgurante des besoins des populations vulnérables.

Source : Communiqué du 4 mai 2021 Les organismes communautaires de Montréal réclament des fonds d’urgence qui répondent à leurs besoins.

Lire aussi Organismes communautaires de Montréal: les fonds d’urgence réclamés.