Retour sur «COVID-19 : des réponses à vos questions»

Vaccins à ARNm et cas de myocardites

Étiquettes de Pfizer et Moderna mises à jour par Santé Canada le 30 juin :

Des cas de myocardite et de péricardite après l’immunisation par les vaccins contre la COVID-19 ont été signalés chez un faible nombre de personnes au Canada et à l’étranger. Ces rapports sont très rares. Santé Canada et d’autres organismes de réglementation internationaux continuent d’enquêter sur la relation éventuelle entre les vaccins contre la COVID-19 et ces événements rares. La plupart des cas signalés à ce jour ont reçu le vaccin à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) et, selon une analyse des cas à l’étranger, sont survenus plus souvent après la deuxième dose et chez des adultes et des adolescents masculins plus jeunes.

Dans la mise à jour des questions-réponses sur la vaccination le 21 juillet, le MSSS indique que si une personne a fait une myocardite ou une péricardite à la suite d’une 1re dose de vaccin à ARN messager contre la COVID-19,

« Il n’est pas recommandé à cette personne de recevoir une 2e dose de vaccin contre la COVID-19 jusqu’à ce que l’on ait plus d’information sur le sujet. Une conduite à tenir sera transmise dès que possible. »

Premiers rapports de myocardites

Il existe un lien « probable » entre les vaccins à ARNm et de rares cas de myocardites (inflammations du muscle cardiaque) chez des adolescents et de jeunes adultes rapportés notamment en Israël, en France et aux États-Unis.

Les autorités sanitaires américaines travaillent à actualiser leurs recommandations pour ces vaccins, notamment en conseillant de suspendre l’administration de la seconde dose pour les personnes développant, après la première, une telle inflammation. Les cas rapportés sont survenus le plus souvent après la deuxième dose de vaccin, et les symptômes se sont déclenchés en général quelques jours seulement après l’injection.

Au 11 juin, 323 cas de myocardites ou péricardites (inflammations de la membrane qui entoure le cœur) ont été confirmés chez des personnes de moins de 30 ans vaccinées contre la COVID-19 avec les produits de Pfizer ou Moderna, alors que 50M de doses de ces vaccins avaient été administrées. Si ces cas semblent donc très rares par rapport au nombre de personnes vaccinées, leur nombre est toutefois plus élevé qu’attendu pour cette tranche d’âge.

Parmi ces patients, 309 ont été hospitalisés, et 9 le sont toujours aujourd’hui. En tout, 80 % étaient guéris au moment de leur signalement. Il s’agit en majorité d’hommes (plus affectés par cette maladie en général).

Les experts ont en revanche exprimé leur accord avec la conclusion des CDC : les bénéfices de la vaccination « surpassent toujours clairement les risques ». Par exemple, pour chaque million de garçons de 18 à 24 ans vaccinés, il est estimé que les vaccins permettent d’éviter 530 hospitalisations et 3 morts de la COVID-19, alors qu’ils sont susceptibles de provoquer une cinquantaine de cas de myocardites.

Le rapport entre bénéfice et risque pourrait toutefois changer pour certains groupes d’âge à mesure que davantage de cas de myocardites sont analysés.

Lire l’intégralité de l’article COVID-19 : des problèmes cardiaques chez des jeunes associés à deux vaccins.

Durant la période de questions le 25 juin, la Dre Theresa Tam a recommandé, pour tous, de planifier la vaccination avant une période de repos, d’être vigilant et de consulter en cas de douleur thoracique, souffle court ou d’irrégularité du rythme cardiaque. Une mise à jour des recommandations fédérales est attendue la semaine prochaine à cet égard. Écouter la vidéo de 1h26 à 1h33.

« take it easy a few days after the second dose, tell your parents and see the doctor » – Dre Theresa Tam

Sur le même sujet :