Rapport annuel 2021–2022 du Protecteur du citoyen

Le 1er décembre dernier, le Protecteur du citoyen a déposé à l’Assemblée nationale son rapport annuel d’activités 2021–2022.

Plusieurs manquements ont été relevés concernant les résidences privées pour aînés (RPA) : « on observe que certaines résidences privées pour aînés (RPA) refusent de suivre les normes applicables à leur mission malgré les rappels des CISSS ou CIUSSS responsables de leur certification. De leur côté, des CISSS et des CIUSSS hésitent à sanctionner des résidences fautives, principalement par manque de ressources et par volonté de maintenir celles qui existent. » (p. 14)

En ce qui concerne les personnes ayant des déficiences, le rapport indique qu’il y a « de moins en moins de places de répit pour les proches aidantes et aidants de personnes handicapées, les places existantes dans les différentes ressources du réseau public étant transformées en places d’hébergement. Vu l’importance des solutions de répit pour maintenir les personnes à domicile et éviter l’épuisement de celles et ceux qui en prennent soin. » (p. 14) Le manque criant de places dans les centres d’activités de jour est aussi une préoccupation. (p. 110)

Du côté du soutien à domicile, le Protecteur du citoyen est toujours dans l’attente d’une réponse du MSSS suite aux recommandations émises dans le cadre d’une enquête visant une entreprise d’économie sociale. L’une de ces recommandations était « de s’assurer qu’une autorité compétente prend en charge les responsabilités au regard de la reconnaissance et de la conformité des entreprises d’économie sociale en aide à domicile, autrefois confiées aux agences. » (p. 134)

Notons que le Protecteur du citoyen précise que la période couverte par le rapport correspond à une deuxième année complète en contexte de pandémie de COVID-19 et qu’il convient de tenir compte de ce contexte exceptionnel lors de la lecture des différents constats.

En savoir plus

Publié le 01 décembre 2022