[Infographie] Le droit au logement pour les personnes en situation de handicap : Le manque de données

Temps de lecture estimé : 3 minutes.

Le droit au logement pour les personnes en situation de handicap : Le manque de données — Version texte

Nous surveillons le droit au logement adéquat des personnes en situation de handicap au Canada.

27 % des Canadiens et Canadiennes ont un handicap. Cela représente environ 8 millions de personnes.1

Il nous manque beaucoup d’informations sur les situations de logement des personnes en situation de handicap. Ces informations ne sont pas collectées dans les enquêtes nationales.

  • Certains groupes sont souvent exclus des enquêtes. Par exemple :
    • Les gens qui vivent dans des institutions, comme les foyers de groupe, les hôpitaux, et des prisons2
    • Les gens en situation d’itinérance et d’itinérance cachée3
    • Les enfants en situation de handicap4
    • Les gens qui vivent dans le Nord et dans les régions rurales5
    • Les autochtones qui vivent dans les réserves6
  • Les enquêtes ne posent pas toujours les questions sur le handicap de la même façon.7
  • Certains types de handicaps ne sont pas comptés comme des handicaps.8
  • Certaines enquêtes se concentrent principalement sur les personnes avec des handicaps physiques.9
  • Certaines enquêtes ne demandent même pas aux gens s’ils ont un handicap.10
  • Les informations ne sont pas toujours ventilées, par exemple par race ou par orientation sexuelle.11

Pourquoi c’est important :

Ces lacunes rendent ça difficile de :

  • Savoir comment se portent les personnes en situation de handicap
  • Suivre les changements au fil du temps
  • Comparer l’information dans différents domaines
  • Savoir quels groupes font face au plus grand nombre d’obstacles
  • Trouver des façons d’améliorer la situation

Solutions

  • Toutes les personnes en situation de handicap devraient être inclues dans les enquêtes nationales
  • Toutes les enquêtes devraient poser les questions sur les handicaps de la même façon
  • Toutes les informations devraient être ventilées (« désagrégées »)
  • Les personnes en situation de handicap devraient aider à développer les enquêtes. Elles devraient aussi aider à collecter et analyser les données.

Notes

1. Enquête canadienne sur l’incapacité, 2017 à 2022

2. L’Enquête canadienne sur l’incapacité (ECI) et l’Enquête canadienne sur le logement (ECL) incluent seulement les personnes qui vivent dans des résidences privées. Les personnes dans les institutions sont exclues.

3. Une des seules sources de données pour ces groupes est le dénombrement ponctuel coordonné à l’échelle pancanadienne des personnes en situation d’itinérance.

4. L’ECI inclut seulement les personnes âgées de 15 ans et plus.

5. L’ECL de 2021 n’incluait que Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit. L’ECL de 2022 n’incluait aucune donnée sur les territoires.

6. L’ECI, l’ECL, et l’Enquête canadienne sur le logement n’incluent pas les peuples autochtones qui vivent dans les réserves.

7. L’ECI pose des questions détaillées sur les difficultés auxquelles les difficultés avec certaines activités. L’Enquête sociale canadienne questionne les gens sur leurs « problèmes de santé à long terme ».

8. L’ECI ne mentionne pas les difficultés de communication ou les sensibilités environnementales.

9. L’ECI pose des questions aux personnes avec des handicaps physiques sur leurs besoins en matière de logement accessible. Il ne pose pas ces questions aux gens avec d’autres types de handicaps.

10. L’ECL de 2021 a posé des questions sur les handicaps, mais l’ECL de 2018 et 2022 n’a pas posé ces questions.

11. L’ECI et l’ECL ne posent pas de questions sur l’orientation sexuelle ou l’expression de genre.