Partenariats communautaires : l’UdeM affirme son rôle citoyen et son accessibilité

Rencontre avec la vice-rectrice Valérie Amiraux pour faire le point sur l’engagement de l’Université en matière de partenariats communautaires et inviter les organismes à tisser des liens avec l’UdeM.

Résolu à valoriser les initiatives d’engagement communautaire, le recteur de l’Université de Montréal, Daniel Jutras, a créé en juin 2020 le Vice-rectorat aux partenariats communautaires et internationaux (VRPCI). Dans cette perspective d’élaborer des activités communautaires, le VRPCI s’est donné le mandat d’être à l’écoute des besoins des divers groupes de la société et d’y répondre adéquatement.

Depuis plus de deux ans, le vice-rectorat s’applique ainsi à allouer des ressources matérielles, intellectuelles, humaines ou financières pour soutenir les partenariats avec des organisations locales et internationales.

À la tête du VRPCI, la professeure Valérie Amiraux nous rappelle l’importance de ce volet à l’UdeM et de tendre la main aux organismes qui souhaiteraient collaborer avec son équipe.

À quoi sert le Vice-rectorat aux partenariats communautaires et internationaux ?

Il sert à rendre l’Université de Montréal accessible à toutes et tous, autant aux collectivités qu’aux organismes communautaires, auprès desquels nous voulons nous faire connaître davantage. Il vise à rendre l’Université plus vivante, décloisonnée et plus agile pour répondre aux sollicitations des partenaires. Au VRPCI, nous voulons que l’Université soit perçue comme un acteur à l’écoute avec qui l’on peut discuter, à qui l’on peut s’adresser pour répondre à des besoins.

Nous avons commencé par nos quartiers voisins – Côte-des-Neiges, Outremont, Parc-Extension –, mais nous souhaitons étendre nos services à l’ensemble de l’île de Montréal et aux quatre coins du Québec, en plus de l’international.

Pourquoi vouloir rendre l’Université de Montréal accessible à toutes et tous ?

On oublie souvent que l’Université, en plus de ses missions de formation et de recherche, a un mandat de service aux collectivités. L’UdeM est une organisation publique financée par un ministère, elle a une vocation de service public dans la mesure des ressources disponibles.

Cela se traduit notamment par de l’accompagnement pour l’élaboration de projets, la mise à disposition de nos spécialistes, un appui pour des besoins particuliers, une aide pour des demandes de financement, etc. Tout ça dans le but d’appuyer les organismes communautaires dans la réalisation de leurs missions.

Et notre offre de services dépasse les initiatives locales, nous coopérons avec plusieurs organismes à l’étranger. C’est par exemple le cas du récent projet TUMAINI lancé en République démocratique du Congo avec le Dr Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix en 2018.

Mis à part cet important projet, pouvez-vous nous donner d’autres exemples de partenariats entre l’UdeM et des organismes communautaires d’ici et d’ailleurs ?

En collaboration avec l’organisme Audace au féminin, nous avons accueilli des entrepreneuses sénégalaises pour des activités de réseautage et de maillage visant à donner de la visibilité à leurs projets. Elles ont été mises en contact avec le programme Millénium Québecor, le Centre d’entrepreneuriat de l’Université de Montréal et des membres du corps professoral qui travaillaient sur des enjeux les intéressant. Début 2023, nous organiserons une autre activité de même nature, cette fois avec des entrepreneuses autochtones.

Le centre de soutien en pédagogie et en santé L’extension est aussi un autre exemple concret de partenariat dans la collectivité, situé au cœur du quartier Parc-Extension. Il a pour objectif de soutenir le développement des enfants en difficulté et de venir en aide à leur famille en leur offrant des services éducatifs et des soins de santé accessibles.

Aussi, depuis 2021, le VRPCI organise des écoles d’été et des camps de jour en collaboration avec une faculté ou un département de l’Université et le CEPSUM. Le but est d’offrir à notre communauté et à celles de nos quartiers avoisinants de nouvelles expériences sur nos campus en valorisant ce qui se fait à l’Université.

Nous sommes également en discussion avec la Clinique mauve, une clinique conçue pour répondre aux besoins des communautés LGBTQI+ racisées et migrantes. Notre école de travail social et notre école de santé publique feront partie du projet.

On comprend donc que l’Université est une partenaire multidisciplinaire qui a plus d’une corde à son arc ?

Avec nos 13 facultés et écoles, nous couvrons une palette très large de domaines du savoir, de la musique aux sciences naturelles en passant par le droit, les sciences humaines et la santé. Il y a donc des partenariats potentiels sur énormément de fronts. Il suffit que les gens pensent à nous, qu’ils voient l’Université comme une partenaire qui peut fournir des ressources et des expertises très variées.

Les milieux communautaires ont été extrêmement fragilisés par la pandémie, notamment en raison d’un manque de financement. Est-ce que l’UdeM peut aussi aider financièrement des organismes ?

En tant qu’établissement public, l’UdeM peut être un levier politique, aux côtés d’autres acteurs de la vie publique, sur toutes sortes de sujets. Nous pouvons également être coporteurs de demandes de financement et apporter notre aide dans les réflexions liées au soutien philanthropique.

Lorsque nous envoyons des stagiaires se former au contact des milieux dans lesquels ils et elles aspirent à travailler, il est primordial que ces étudiants et étudiantes ne soient pas des fardeaux financiers pour les organismes communautaires. Toutes nos démarches à cet égard vont dans le sens d’une réflexion sur les conditions financières de ces engagements.

Gardons toutefois en tête qu’il ne s’agit pas ici de charité ; nous choisissons des projets qui nous semblent porteurs sur les plans du bien commun et de l’avancement.

Vous aimeriez établir un partenariat avec l’Université de Montréal ?

Valérie Amiraux et son équipe au VRPCI vous écouteront avec attention et seront heureuses de se mettre au diapason de vos besoins et d’évaluer un potentiel de partenariat en fonction des ressources disponibles à l’Université.

Vous pouvez les contacter à cette adresse courriel : vrpci(at)umontreal.ca

Publié le 24 octobre 2022
Par Béatrice St-Cyr-Leroux