Réaction du RUTA Montréal à la grève de chauffeurs de taxi au transport adapté

Temps de lecture estimé : 3 minutes.

Montréal, le 7 juillet 2022 – La motion de grève d’un regroupement de chauffeurs de taxi pour la période du 8 au 11 juillet prend en otage les usagers du transport adapté qui voient leurs demandes de déplacement refusées.

La Société de transport de Montréal (STM) a annoncé hier matin aux usagères et usagers de son service de transport adapté que toute nouvelle demande de déplacement pour la période du 8 au 11 juillet serait refusée, à l’exception des déplacements pour des motifs médicaux, en raison d’un mouvement de grève d’un regroupement de chauffeurs de taxi. Pour les déplacements déjà réservés, des retards plus fréquents que d’habitude sont à prévoir.

Le Regroupement des usagers du transport adapté et accessible de l’île de Montréal (RUTA Montréal) déplore cette situation qui impactera directement plusieurs milliers d’usagères et usagers. Le transport adapté est un transport collectif, et le refus de demandes de déplacement équivaut à un recul des droits des personnes ayant des limitations fonctionnelles. Rappelons que pour ces personnes qui n’ont pas forcément la possibilité d’enfourcher un vélo ou de marcher pour se rendre à leur travail, à l’école ou à leurs activités, le transport adapté est souvent le seul moyen pour se déplacer. De plus, le réseau de bus et de métro de la STM étant loin d’être universellement accessible – seulement 19 stations de métro sur 68 sont munies d’ascenseurs – l’accès aux transports collectifs pour les personnes ayant des limitations fonctionnelles passe nécessairement par l’accès à des déplacements assurés en transport adapté. Cet avis de grève est donc un rappel, pour les usagères et usagers du transport adapté, du capacitisme qui anime toujours notre société.

Selon la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale, le gouvernement du Québec et les organismes publics et privés se doivent d’agir pour que les personnes ayant des limitations fonctionnelles puissent participer pleinement au sein de la société. Nous appelons donc le ministre des Transports, François Bonnardel, à convenir rapidement d’une entente avec les chauffeurs de taxi de manière à mettre fin à ce litige qui porte préjudice aux usagères et usagers. Le transport adapté est un service essentiel qui doit être maintenu en tout temps pour assurer le droit au transport de l’ensemble de la population.