Une étudiante de l’UdeM veut sensibiliser la communauté aux handicaps

Temps de lecture estimé : 4 minutes.

Draw your fight  (Dessine ton combat), c’est d’abord un compte Instagram créé en février 2020 par l’étudiante de cinquième année en médecine à la Sorbonne Université, à Paris, Camille Racca. Encore aujourd’hui, elle y publie ses dessins, qui représentent des situations vécues par des personnes en situation de handicap ou de maladie chronique.

Son projet a depuis pris de l’ampleur en devenant une association à part entière, toujours dans l’objectif de sensibiliser aux handicaps visibles et invisibles, en plus de soutenir les personnes touchées et d’accompagner les soignants. Elle-même atteinte d’un handicap invisible, Camille, présidente de Draw your fight, explique que, généralement, « on pense à certains handicaps plus que d’autres », et que certains d’entre eux ne sont même pas encore reconnus par la société, comme les douleurs chroniques.

Or, tous les handicaps et les maladies chroniques sont susceptibles d’avoir un impact sur la vie des personnes concernées, notamment sur leur réussite aux études. Donner la parole à des personnes porteuses de handicaps permet ainsi de comprendre leur réalité, tout en donnant la possibilité à celles et ceux qui vivent les mêmes choses de se sentir moins isolé·e·s dans leurs difficultés. Des étoiles plein les yeux, Camille cite également le cas d’une personne qui a pu mettre fin à des années d’errance médicale en se reconnaissant dans les symptômes mentionnés par quelqu’un d’autre sur le compte Instagram Draw your fight, puis en en parlant à son médecin, qui a confirmé le diagnostic.

De Paris à Montréal

L’étudiante de deuxième année au baccalauréat en science politique à l’UdeM Clarisse Hikoum a découvert le compte Instagram par hasard. Sensible à la thématique du handicap du fait de la maladie d’une de ses proches, elle contacte Camille pour proposer son aide bénévole et commence à travailler sur les fiches ressources offertes sur le site Web de l’association.

Comme aucune association dédiée aux handicaps n’existe à l’Université à l’heure actuelle, Clarisse propose à la présidente de Draw your fight « d’exporter » le projet à Montréal en réalisant une campagne à destination de la communauté universitaire. Le chemin pour y parvenir se révèle toutefois ardu, car le Soutien aux étudiants en situation de handicap des Services à la vie étudiante de l’UdeM ne répond d’abord pas à sa proposition. « Après plusieurs courriels, j’ai fini par leur envoyer une lettre par la poste », se remémore Clarisse.

Une fois le contact établi, le Soutien aux étudiants en situation de handicap accepte son idée, bien que l’association Draw your fight n’ait pas le statut de regroupement étudiant officiel à l’UdeM. Clarisse peut donc commencer à recueillir des témoignages d’étudiant·e·s en situation de handicap. Son objectif ? Les relayer dans une campagne de sensibilisation qui ornera tout le campus d’affiches illustrées par Camille. « Un code QR permettra d’aller lire l’intégralité du témoignage sur Internet », précise cette dernière.

En plus de sensibiliser l’ensemble de la communauté universitaire à la problématique du handicap, les deux jeunes femmes souhaitent faire connaître les possibilités d’aménagement dont les étudiant·e·s peuvent bénéficier. En effet, plusieurs personnes n’osent pas les demander, ou ne savent pas qu’elles pourraient y avoir droit. « Par exemple, beaucoup d’étudiants étrangers qui sont reconnus handicapés dans leur pays d’origine n’osent pas faire les démarches au Canada », explique Clarisse. Les affiches permettront donc de faire le lien avec les actions du Soutien aux étudiants en situation de handicap.

Le combat ne s’arrête pas là

L’instigatrice du projet à l’UdeM envisage ensuite de créer un livret d’information dédié aux handicaps et à la scolarité, qui serait offert aux Services à la vie étudiante, mais également dans plusieurs lieux très fréquentés de l’Université.

Pour continuer à collaborer avec l’UdeM, l’association Draw your fight aura probablement ensuite besoin de se faire reconnaître comme un regroupement étudiant officiel à l’Université. « Il faudra créer une antenne au Canada, et probablement lui trouver un nom en français pour respecter les exigences linguistiques », confie Clarisse. Une fois cette étape franchie, elle aimerait mettre en place des activités comme des cercles de parole ou des conférences.

Comment témoigner ?

Les étudiant·e·s de l’UdeM qui souhaitent contribuer à la campagne de Draw your fight en faisant part des répercussions de leur handicap ou de leur maladie chronique peuvent remplir ce formulaire.