Véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage — Bilan de la saison 2019

MONTRÉAL, le 19 févr. 2020 /CNW Telbec/ — La Ville de Mon­tréal dresse le bilan de la pre­mière sai­son des véhicules non imma­triculés en libre-ser­vice sans ancrage (VNILSSA), qui s’est ter­minée offi­cielle­ment le 15 novem­bre. À la lumière des prin­ci­paux con­stats de ce bilan, les vélos et trot­tinettes élec­triques se sont révélés un com­plé­ment intéres­sant à l’of­fre de mobil­ité à Mon­tréal. Cepen­dant, mal­gré un règle­ment con­traig­nant pour les VNILSSA, la Ville observe que cer­tains aspects de leur déploiement n’ont pas été à la hau­teur et que les opéra­teurs n’ont pas été en mesure de respon­s­abilis­er les util­isa­teurs et util­isatri­ces quant au sta­tion­nement adéquat de ces véhicules. Les prin­ci­paux con­stats :

  • Seule­ment 20 % des trot­tinettes ont été sta­tion­nées dans l’un des 410 espaces défi­nis à cette fin;
    • 110 con­stats d’in­frac­tion ont été émis aux exploitants pour des trot­tinettes et des vélos mal sta­tion­nés;
    • La Ville de Mon­tréal a émis ces con­stats d’in­frac­tion à par­tir du 28 octo­bre 2019 à la suite des mod­i­fi­ca­tions apportées au règle­ment pour mieux encadr­er le ser­vice.
  • 333 con­stats d’in­frac­tion ont été émis pour le non-respect du Code de la sécu­rité routière, prin­ci­pale­ment con­cer­nant le port du casque;
  • 27 % des tra­jets effec­tués sur l’île de Mon­tréal ont comme orig­ine ou des­ti­na­tion une sta­tion de métro ou de train;
  • La cohab­i­ta­tion a par­fois été dif­fi­cile avec les pié­tons dans les secteurs pié­ton­niers dens­es.

« Ce bilan démon­tre qu’il faut apporter des change­ments au pro­jet pilote des trot­tinettes pour assur­er un déploiement ordon­né, à la hau­teur de nos attentes et de celles de la pop­u­la­tion. Il a tou­jours été clair dès le début que nous encour­a­geons le déploiement des nou­velles formes de mobil­ité, mais que cela ne doit pas se faire au détri­ment de la bonne ges­tion de l’e­space pub­lic et de l’acces­si­bil­ité uni­verselle. C’est pourquoi nous allons sus­pendre cette année les deman­des de per­mis pour les trot­tinettes et réfléchir à des solu­tions pour mieux encadr­er le ser­vice et lim­iter les nui­sances. Les per­mis pour les vélos élec­triques seront renou­velés, mais régis par une régle­men­ta­tion plus ser­rée », a expliqué le respon­s­able de l’ur­ban­isme, de la mobil­ité et de l’Of­fice de con­sul­ta­tion publique de Mon­tréal au sein du comité exé­cu­tif, Éric Alan Cald­well. Un con­trôle accru en 2020 La Ville entend mod­i­fi­er le règle­ment qui régit les VNILSSA :

  • La régle­men­ta­tion visant le sta­tion­nement des trot­tinettes est sus­pendue pour la sai­son 2020. Rap­pelons que ce pro­jet pilote découle d’un arrêté du min­istre des Trans­ports du Québec adop­té en juin 2019 per­me­t­tant la cir­cu­la­tion des trot­tinettes élec­triques en loca­tion libre-ser­vice dans les villes où un règle­ment encadre cette activ­ité;
  • Les vélos en libre-ser­vice sans ancrage seront main­tenus, mais avec une nou­velle régle­men­ta­tion du ser­vice.

Ajouts et mod­i­fi­ca­tion à la régle­men­ta­tion pour les vélos en libre-ser­vice :

  • Impo­si­tion d’un nom­bre max­i­mal de 1 000 véhicules par per­mis et d’un max­i­mum de 3 per­mis d’opéra­teurs en 2020;
  • Les vélos devront oblig­a­toire­ment être munis d’un cade­nas inté­gré pour per­me­t­tre leur sta­tion­nement sur les sup­ports à vélo;
  • De nou­veaux tar­ifs sont prévus pour les per­mis d’ex­ploita­tion dans l’ob­jec­tif d’amélior­er l’of­fre de sta­tion­nement à vélos sur le ter­ri­toire;
    • Une con­tri­bu­tion sup­plé­men­taire de 75 $ par véhicule sera demandée et servi­ra à l’achat de nou­veaux sup­ports à vélos.

Une offre com­plé­men­taire au réseau BIXI

Le ser­vice BIXI et ses 7 430 vélos demeurent la colonne vertébrale du réseau de vélos en libre-ser­vice de Mon­tréal. Les don­nées analysées par l’U­ni­ver­sité McGill démon­trent la com­plé­men­tar­ité des vélos et des trot­tinettes en libre-ser­vice avec BIXI. « Les zones où se con­cen­trent les activ­ités de BIXI, tout comme les péri­odes d’u­til­i­sa­tion les plus acha­landées, sont dif­férentes de celles des VNILSSA. BIXI domine le cen­tre-ville et le Vieux-Port, tan­dis que les VNILSSA se con­cen­trent prin­ci­pale­ment à l’est du cen­tre-ville, directe­ment au sud du mont Roy­al. BIXI est égale­ment prin­ci­pale­ment util­isé pen­dant les heures de pointe en semaine, alors que les ser­vices VNILSSA sont davan­tage util­isés durant l’après-midi et les fins de semaine », a déclaré Grant McKen­zie, pro­fesseur de l’U­ni­ver­sité McGill Afin d’ap­puy­er la crois­sance de BIXI, la Ville a prévu les sommes néces­saires afin d’a­jouter à son réseau plus de 2 200 vélos à assis­tance élec­trique d’i­ci 2022, dont 1 000 dès cette année. Le bilan mon­tréalais de la sai­son 2019 des véhicules non imma­triculés en libre-ser­vice sans ancrage (VNILSSA) peut-être con­sulté ici.