Véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage — Bilan de la saison 2019

Temps de lecture estimé : 4 minutes.

MONTRÉAL, le 19 févr. 2020 /CNW Telbec/ — La Ville de Montréal dresse le bilan de la première saison des véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage (VNILSSA), qui s’est terminée officiellement le 15 novembre. À la lumière des principaux constats de ce bilan, les vélos et trottinettes électriques se sont révélés un complément intéressant à l’offre de mobilité à Montréal. Cependant, malgré un règlement contraignant pour les VNILSSA, la Ville observe que certains aspects de leur déploiement n’ont pas été à la hauteur et que les opérateurs n’ont pas été en mesure de responsabiliser les utilisateurs et utilisatrices quant au stationnement adéquat de ces véhicules. Les principaux constats :

  • Seulement 20 % des trottinettes ont été stationnées dans l’un des 410 espaces définis à cette fin;
    • 110 constats d’infraction ont été émis aux exploitants pour des trottinettes et des vélos mal stationnés;
    • La Ville de Montréal a émis ces constats d’infraction à partir du 28 octobre 2019 à la suite des modifications apportées au règlement pour mieux encadrer le service.
  • 333 constats d’infraction ont été émis pour le non-respect du Code de la sécurité routière, principalement concernant le port du casque;
  • 27 % des trajets effectués sur l’île de Montréal ont comme origine ou destination une station de métro ou de train;
  • La cohabitation a parfois été difficile avec les piétons dans les secteurs piétonniers denses.

« Ce bilan démontre qu’il faut apporter des changements au projet pilote des trottinettes pour assurer un déploiement ordonné, à la hauteur de nos attentes et de celles de la population. Il a toujours été clair dès le début que nous encourageons le déploiement des nouvelles formes de mobilité, mais que cela ne doit pas se faire au détriment de la bonne gestion de l’espace public et de l’accessibilité universelle. C’est pourquoi nous allons suspendre cette année les demandes de permis pour les trottinettes et réfléchir à des solutions pour mieux encadrer le service et limiter les nuisances. Les permis pour les vélos électriques seront renouvelés, mais régis par une réglementation plus serrée », a expliqué le responsable de l’urbanisme, de la mobilité et de l’Office de consultation publique de Montréal au sein du comité exécutif, Éric Alan Caldwell. Un contrôle accru en 2020 La Ville entend modifier le règlement qui régit les VNILSSA :

  • La réglementation visant le stationnement des trottinettes est suspendue pour la saison 2020. Rappelons que ce projet pilote découle d’un arrêté du ministre des Transports du Québec adopté en juin 2019 permettant la circulation des trottinettes électriques en location libre-service dans les villes où un règlement encadre cette activité;
  • Les vélos en libre-service sans ancrage seront maintenus, mais avec une nouvelle réglementation du service.

Ajouts et modification à la réglementation pour les vélos en libre-service :

  • Imposition d’un nombre maximal de 1 000 véhicules par permis et d’un maximum de 3 permis d’opérateurs en 2020;
  • Les vélos devront obligatoirement être munis d’un cadenas intégré pour permettre leur stationnement sur les supports à vélo;
  • De nouveaux tarifs sont prévus pour les permis d’exploitation dans l’objectif d’améliorer l’offre de stationnement à vélos sur le territoire;
    • Une contribution supplémentaire de 75 $ par véhicule sera demandée et servira à l’achat de nouveaux supports à vélos.

Une offre complémentaire au réseau BIXI

Le service BIXI et ses 7 430 vélos demeurent la colonne vertébrale du réseau de vélos en libre-service de Montréal. Les données analysées par l’Université McGill démontrent la complémentarité des vélos et des trottinettes en libre-service avec BIXI. « Les zones où se concentrent les activités de BIXI, tout comme les périodes d’utilisation les plus achalandées, sont différentes de celles des VNILSSA. BIXI domine le centre-ville et le Vieux-Port, tandis que les VNILSSA se concentrent principalement à l’est du centre-ville, directement au sud du mont Royal. BIXI est également principalement utilisé pendant les heures de pointe en semaine, alors que les services VNILSSA sont davantage utilisés durant l’après-midi et les fins de semaine », a déclaré Grant McKenzie, professeur de l’Université McGill Afin d’appuyer la croissance de BIXI, la Ville a prévu les sommes nécessaires afin d’ajouter à son réseau plus de 2 200 vélos à assistance électrique d’ici 2022, dont 1 000 dès cette année. Le bilan montréalais de la saison 2019 des véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage (VNILSSA) peut-être consulté ici.