JIPH – Accroître le pouvoir d’agir des personnes handicapées

Par Anne Hébert, directrice générale, OPHQ - le 03 déc. 2015

Depuis 1992, le 3 décembre est la Journée internationale des personnes handicapées. Cette année, l’Organisation des Nations Unies (ONU) nous propose d’accroître le pouvoir d’agir des personnes handicapées. En effet, dans une société inclusive, les personnes handicapées devraient pouvoir participer à la prise de décision les concernant. Mais comment peuvent–elles y prendre part concrètement? Au Québec, leur participation aux plans d’action annuels à l’égard des personnes handicapées offre une avenue fort intéressante. D’ailleurs, 35 municipalités et 14 organismes publics du Québec consultent les personnes handicapées dans le cadre de l’élaboration de leur plan.

En cette journée de sensibilisation et d’action, j’invite tous ceux et celles qui contribuent à l’élaboration de ces plans d’action à leur emboîter le pas et à s’engager dans cette voie de la concertation et de la collaboration. De mon côté, je m’engage à ce que l’Office fournisse aux responsables de plan d’action un soutien adapté à leur réalité.

Au Québec, ce thème de l’ONU trouve écho dans la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale. De fait, l’une de ses orientations favorise, entre autres, leur participation à la prise de décision les concernant, tant sur le plan individuel que collectif. De plus, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique À part entière (Plan 2015-2019 des engagements gouvernementaux (Accessibilité non testée.Ce lien vers un autre site ouvre une nouvelle fenêtre.) ), l’Office s’est engagé à favoriser la contribution du mouvement d’action communautaire autonome des personnes handicapées dans le suivi de ces plans d’action et dans l’élaboration de propositions de mesures.

En appui au thème principal de la Journée («Vers une société plus inclusive: accroître le pouvoir d’agir des personnes handicapées (Accessibilité non testée.Ce lien vers un autre site ouvre une nouvelle fenêtre.) »), l’ONU suggère trois sous–thèmes. L’un d’entre eux, «Rendre les municipalités plus inclusives et accessibles» souligne l’importance d’assurer l’accès des infrastructures et des services municipaux. De fait, en raison de la proximité des municipalités avec les citoyens, les actions de ces dernières ont des impacts significatifs. Aujourd’hui, les municipalités assujetties à la production d’un plan d’action annuel à l’égard des personnes handicapées sont donc particulièrement interpellées, et l’Office leur réitère son soutien.

En ce sens, une nouvelle équipe de l’Office se consacrant à la mise en œuvre de la Loi a été formée. Celle–ci soutient et conseille notamment les organisations dans la production de leurs plans d’action. L’Office reconnait que les municipalités n’ont pas toutes les mêmes ressources, les mêmes réalités et les mêmes besoins. C’est pourquoi l’Office a décidé de moduler davantage ses interventions et son soutien. Il entend aussi outiller davantage les organisations qui doivent produire un plan en vertu de la Loi.

Au fil des ans, l’Office a analysé plus d’un millier de plans d’action, participé à de nombreux chantiers gouvernementaux et acquis une fine connaissance du cadre législatif entourant la participation sociale des personnes handicapées. Cette expertise, l’Office souhaite la partager avec les municipalités, qui elles, connaissent bien leur milieu ainsi que les besoins de leurs citoyens.

Comme je le disais récemment aux membres du réseau des Municipalités accessibles, j’ai l’intime conviction qu’en misant sur un partage des connaissances et des bonnes pratiques, nous pouvons nous inspirer mutuellement dans l’atteinte de notre objectif commun de faire du Québec une société de plus en plus inclusive.

ImprimerPartager par courriel. Partager sur : FaceBookTwitterLinkedIn